Deprecated: preg_replace(): The /e modifier is deprecated, use preg_replace_callback instead in /home3/isicnv/domains/hypnotisme.com/hypnotisme/filiatre/page.php on line 93

Deprecated: preg_replace(): The /e modifier is deprecated, use preg_replace_callback instead in /home3/isicnv/domains/hypnotisme.com/hypnotisme/filiatre/page.php on line 94
 
Brought to you by ISI-CNV


EXPÉRIENCES DANS L'HYPNOSE

Toutes les expériences à l'état de veille basées sur les perturbations motrices, sensorielles ou des idées sont obtenues plus facilement et plus rapidement encore lorsque le sujet est plongé dans le sommeil hypnotique. Il ne faut pas oublier que le sujet est susceptible d'éducation et que la répétition des séances prépare l'obtention de résultats plus marqués. Voici une excellente méthode d'entraînement: Le sommeil paraissant obtenu, suggérez tout d'abord une légère catalepsie du bras. Pour cela, prenez le bras du sujet et élevez-le au niveau de l'épaule (Fig. 114). Dites d'un ton positif: Votre bras se raidit..... Insistez sur cette suggestion et lâchez le bras. S'il se maintient seul (Fig. ii5), abaissez-le doucement en affirmant qu'il n'est plus raide. Suggérez ensuite : Votre main se ferme..... elle se ferme.....

Certaines personnes la fermeront immédiatement, le mouvement sera plus lent chez d'autres, quelques-unes n'obéiront pas tout d'abord. Dans ce dernier cas, insistez davantage, suggérez que le sujet vous entend et qu'il peut obéir, puis aidez même au mouvement de fermeture de la main (Fig. 116). Vous arriverez ainsi à développer la suggestibilité de vos sujets. D'autre part, le sommeil deviendra de plus en plus profond si vous multipliez les tentatives d'influences à l'état de veille et les essais d'hyp- notisation. - • Lorsque les mains se sont fermées, faites-les ouvrir. Suggérez : Vos mains s'ouvrent..... elles s'ouvrent..... . Abordez ensuite la série d'expériences indiquées dans le chapitre traitant des influences à l'état de veille. Ne manquez pas, dans vos premiers essais, de suggérer de temps en temps : Dormez profondément..... ne vous éveillez pas..... dormez..... Joignez à ces suggestions quelques passes descendantes {voir la figure 63).

Faire parler l'Hypnotisé

Un grand nombre de sujets vous répondront dès que vous les interrogerez, d'autres le feront avec peine, certains ne pourront articuler un mot quels que soient leurs efforts, quelques-uns enfin resteront impassibles, ne paraissant même pas vous entendre. Dans ces derniers cas, touchez légèrement les oreilles du dormeur (Fig. 117) en suggérant : Vous m'entendez..... écoutez..- vous pouvez répondre..,.. m!écoutez-vous ? Certains vous répondront, quelques-uns remue- ront les lèvres, feront des efforts pour parler, mais ne pourront parvenir à articuler un mot. Faites quelques passes avec contact sur la gorge, puis touchez légèrement les mâchoires en suggérant: Vous pouvez parler..... répondez-moi..... m'écoutez-vous ? Avec un peu de persévérance, il est toujours possible d'amener une personne hypnotisée à répondre aux questions qu'on lui pose.

La Post-Suggestion

La post-suggestion est une suggestion dont l'accomplissement n'est imposé qu'après le réveil. Le docteur Bernheim a obtenu des résultats à 63 jours d'intervalle, le docteur Beaunis à 172 jours, le docteur Liégeois, enfin, à une année. La post=suggestion a pour domaine le champ illimité dévolu à la suggestion ordinaire. Après avoir plongé le sujet dans un sommeil profond, l'opérateur donne un ordre et, à l'instant fixé après l'éveil, le sujet voit, entend, agit. Prenons un exemple. Vous voulez que le sujet sorte son mouchoir et fasse le geste de s'éponger le visage, tout cela dans une demi-heure. Endormez-le pro-fondément.et suggérez d'un ton positif: Une demi-heure après votre réveil..... vous sortirez votre mouchoir et vous le passerez sur votre visage.....vous obéirez..... Insistez sur ces suggestions en prenant un ton de plus en plus positif. On obtient de meilleurs résultats si l'on prend dans sa main droite la main gauche du sujet en la serrant légèrement et si l'on touche le front du dormeur avec les doigts de la main gauche tout en donnant les suggestions (Fig. 118). Par des post-suggestions appropriées, il est possible, facile même de développer les facultés et de lutter avec succès contre les défauts et les mauvaises habitudes. L'étude pratique de l'hypnotisme est donc un devoir pour les parents et les éducateurs.

La Catalepsie

La catalepsie est un état spécial du système nerveux, caractérisé par une raideur des muscles et une tension du système nerveux. L'obtention de la catalepsie est une des expériences classiques des hypnotiseurs professionnels.

COMMENT OBTENIR LA CATALEPSIE

Pour obtenir la catalepsie, hypnotisez le sujet, puis, faisant des passes descendantes avec contact, partant des épaules, suivant les bras, le bassin et les cuisses (voir la figure 96), suggérez : Votre respiration n'est pas gênée..... votre cœur bat régulièrement.....mais votre corps se raidit.....il devient raide..... de plus en plus raide..... Après quelques suggestions de ce genre, le corps de certains sujets sera raidi à un tel point qu'il est possible de placer la tête de l'hypnotisé sur une chaise et les pieds sur une autre sans que la personne fasse un mouvement, sans que le corps plie (Fig. 119). En insistant sur les suggestions et les passes, la catalepsie s'accuse de plus en plus. On peut monter sur le corps du dormeur sans que celui-ci en paraisse incommodé. On peut encore donner aux membres du sujet les positions les plus incommodes et les plus fatigantes ; elles seront conservées très longtemps sans effort apparent.

COMMENT FAIRE CESSER LA CATALEPSIE

Pour mettre fin à cet état, faites des passes montantes avec contact, partant des genoux jusqu'aux épaules, en suggérant : Vos nerfs se relâchent..... la raideur disparaît..... Avant d'éveiller le sujet, dites-lui qu'il n'éprouve aucune fatigue, aucune gêne, aucun malaise.

La Léthargie

La léthargie est un sommeil très profond. Dans cet état, la conscience est entièreinent éteinte, les sens sont abolis, les facultés ont disparu : c'est l'état de mort apparente. Ce sommeil est parfois si profond qu'il s'étend jusqu'aux fonctions de la vie végétative : le cœur bat faiblement, la respiration est à peine sensible.

COMMENT OBTENIR LA LÉTHARGIE

Pour obtenir la léthargie, endormez un sujet par l'une des méthodes ordinaires et, en insistant sur les passes descendantes (Fig. 63), suggérez : Dormez..... dormez profondément, Lorsque j'aurai compté jusqu'à trois, vous ne m'entendrez plus et ne m'entendrez ensuite qu'après que ma main se sera posée sur votre tète.....Dormez profondément.....un.....deux.....trois ! Le sujet ne sera plus qu'une masse inerte, l'intelligence et la conscience ayant complètement disparu.

COMMENT METTRE FIN A LA LÉTHARGIE

Placez une main sur la tête de la personne et suggérez : Vous m'entendez..... vous pouvez vous éveiller..... vous êtes très bien..... éveillez-vous..... Joignez quelques passes montantes avec ou sans contact.

Anesthésie

L'insensibilité existe déjà dans la catalepsie et la léthargie. On peut également l'obtenir par suggestion dans le sommeil hypnotique superficiel, et même à l'état de veille, ainsi que nous l'avons vu dans le chapitre précédent. Endormez le sujet par l'une des méthodes ordinaires. Suggérez : Dormez profondément..... vous ne sentez rien..... aucune douleur..... impossible de sentir..... Insistez sur ces suggestions, faites quelques passes descendantes avec contact, et, lorsque l'anesthésie sera obtenue, vous pourrez piquer le sujet, lui chatouiller les narines, les oreilles ou la plante des pieds avec une barbe de plume ou l'extrémité d'une feuille de papier roulée ; vous pourrez le pincer sans qu'il fasse un mouvement. Des expérimentateurs vont jusqu'à traverser une partie du bras du dormeur avec une longue aiguille stérilisée. Il ne faut pas abuser de ce genre d'expériences. Les opérateurs qui n'ont aucune notion d'anatomie doivent s'en abstenir, ou du moins ne pas enfoncer trop profondément l'aiguille dans la chair du sujet. Un grand nombre de médecins tirent aujourd'hui parti de cette insensibilité pour procéder aux opérations chirurgicales les plus longues, les plus compliquées et les plus douloureuses. Il est presque superflu de faire observer qu'en dehors des opérations chirurgicales, on peut utiliser cette insensibilité suggérée, dans la lutte contre la souffrance physique qui malheureusement accompagne la plupart des maladies.

COMMENT FAIRE CESSER l'ANESTHÉSIE

Pour remettre le sujet dans son état normal, faites quelques passes montantes, en suggérant : Votre sensibilité reparaît..... vous revenez dans l'état habituel..... éveillez-vous..... vous êtes très bien..... éveillez-vous.....

Transmission de Pensée

Nous devons reconnaître exclusivement comme transmission de pensée le fait de communiquer à distance avec un sujet (endormi et même éveillé) par la seule suggestion mentale, à l'exclusion abso- lue de tout autre procédé, et sans que le sujet puisse surprendre aucun geste, aucun signe de l'opérateur. Pour ces essais, choisissez de préférence une personne nerveuse. La sympathie, la vie en commun augmentent beaucoup les chances de succès. L'entraînement de l'hypnotiseur n'est pas sans importance. Il est certain que le phénomène s'obtiendra plus rapidement si l'opérateur s'est exercé à concentrer sa pensée. Le médium a d'autant plus de chances de percevoir une pensée que la pensée à transmettre a été, dans la conscience de l'opérateur, l'objet d'une représentation plus claire, d'une attention plus longuement soutenue, et d'une concentration plus forte. Les personnes arrivant rapidement au somnambulisme artificiel donneront de meilleurs résultats. Endormez le sujet très profondément. Lorsque le sommeil sera obtenu, insistez longuement sur les passes descendantes. Fixant ensuite la personne au front, suggérez : Donnez toute votre attention..... essayez de pénétrer ma pensée.....je vais vous faire un-commandement mental.....vous obéirez..... Pensez alors fortement : Levez la main gauche. Faites en vous-même un effort comme si, en imagination, vos mains soulevaient celles du sujet. Certaines personnes obéiront immédiatement. Dans le cas contraire, remettez l'essai au lendemain, en suggérant au dormeur que sa sensibilité se développe et qu'il pourra bientôt obéir à vos sug- gestions mentales. En vous entraînant régulièrement à l'exercice journalier de la concentration de la pensée et de l'effort mental, essayez de transmettre une suggestion mentale, en renouvelant les tentatives sur un grand nombre de sujets. Vous en rencontrerez certainement qui récompenseront votre persévérance et vous donneront de brillants résultats. Avec de tels sujets, vous pourrez obtenir par la seule suggestion mentale toutes les expériences d'influence hypnotique.

Deuxième Méthode. — Endormez profondément votre sujet. Ecrivez un nombre sur une feuille de papier, pliez cette feuille et approchez-la de la nuque du dormeur (Fig. 120). Suggérez d'un ton positif en pensant fortement au nombre écrit : Quel est le nombre marqué? vous pouvez voir.....quel est le nombre ? N'écrivez tout d'abord qu'un chiffre. Lorsque le sujet aura énoncé à haute voix le chiffre exact, vous continuerez les essais sur des nombres de plusieurs chiffres. Pensez constamment au nombre écrit. Voyez-le en imagination, que son image soit bien nette en votre esprit.

Troisième Méthode. — Endormez une personne arrivant rapidement au somnambulisme artificiel. Rendez son sommeil aussi profond que possible par les passes descendantes. Après avoir pris les mains du sujet dans les vôtres (Fig. 121), dites d'un ton très positif : Cherchez a lire ma pensee.....je vais penser à une lettre de l'alphabet..... vous verrez distinctement cette lettre et l'énoncerez à haute voix. Approchez ensuite votre front tout près de celui du dormeur (Fig. 122) et pensez à une lettre quelconque. N'ayez de présent à l'esprit que cette lettre. Voyez sa forme en imagination, et faites un effort mental comme si vous vouliez impressionner avec cette forme le cerveau du sujet. L'entraînement sera continué en lâchant ensuite les mains de la personne, puis en lui transmettant plusieurs lettres, ensuite des mots, enfin des phrases. Vous augmenterez finalement la distance qui vous sépare du médium. Quelques sujets exceptionnels liront immédiatement les pensées de l'hypnotiseur, et même les pensées de toutes les personnes de l'assistance. Dans tous les pays, les plus savants psychologues étudient passionnément ces étranges phénomènes. La science les explique par les ondes hertziennes et la théorie dès neurones.

Lucidité — Clairvoyance

La lucidité ou clairvoyance est la faculté que possèdent certains médiums en somnambulisme de voir sans le secours des yeux, de voir à distance et au delà du champ habituel de la vision normale, de voir enfin dans des conditions exceptionnelles (par exemple à travers les corps opaques). La lucidité dépend exclusivement des dispositions particulières du sujet. Le rôle de l'opérateur se résume à reconnaître cette faculté chez ceux de ses sujets qui la possèdent, puis à la développer par un entraînement raisonné. Choisissez pour cet essai une personne déjà entraînée aux précédentes expériences de suggestion mentale ou transmission de pensée. Celles qui voient parfois en rêve des événements se passant au loin donneront immédiatement des résultats. De telles personnes existent et sont même plus nombreuses qu'on le croit généralement. Les faits de télépathie, de lucidité, rapportés si souvent par les Revues scientifiques les plus sérieuses le prouvent déjà. L'expérimentation personnelle dissipera tous les doutes. Endormez profondément le sujet par l'une des méthodes indiquées (de préférence par la méthode de Deleuze ou le procédé Moutin) et rendez le sommeil aussi profond que possible en insistant sur les passes descendantes. Faites ensuite quelques passes légères sur le front, puis, présentant une montre sur la nuque ou mieux sur le front du dormeur, suggérez : "Donnez toute votre attention..... faites votre possible pour voir.....quelle heure est-il? .... voyez..... Si la personne ne répond pas, demandez-lui ce qu'il faut faire pour l'aider. Faites immédiatement ce qu'elle recommandera. Après une dizaine d'essais si vous n'obtenez aucun résultat, tentez' l'expérience sur un autre sujet. L'orsque vous aurez découvert une personne pouvant vous dire l'heure indiquée par la montre, présentez-lui un ou plusieurs doigts près de la nuque, et demandez quel est le nombre de doigts montrés. Si la réponse est juste, recommencez ces essais en changeant chaque fois le nombre de doigts. Les réponses étant exactes, priez le sujet de vous faire la description d'une maison, d'une place, d'une ville qu'il ne connaît pas, mais que vous connaissez vous-même. Tout cela n'est encore que de la télépathie. Abordons les expériences de véritable lucidité. Reprenez l'essai de la montre, mais avancez les aiguilles sans regarder le cadran, puis demandez au sujet de vous faire connaître l'heure que marque alors la montre. Rendez-vous compte ensuite, en regardant la montre, si le dormeur a dit juste. Insistez tous les jours sur cette expérience jusqu'à ce que le médium ne vous donne que des réponses exactes. Ce résultat étant obtenu, écrivez chacun des chiffres de o à 9 sur autant de petites feuilles de papier que vous placerez dans des enveloppes. Vous aurez donc dix enveloppes. Mêlez-les bien et prenez-en une au hasard. Approchez-la du front ou de la nuque du sujet, et demandez quel chiffre elle contient. En insistant pendant quelque temps, autant que possible tous les jours, le médium susceptible de clairvoyance vous indiquera toujours le chiffre exact. Pour qu'il y ait clairvoyance et non télépathie, ne prenez connaissance du contenu de l'enveloppe qu'après la réponse du sujet. Répétez ces expériences avec des nombres de plusieurs chiffres, puis avec des lettres de l'alphabet, puis avec des mots, enfin avec des phrases. Demandez ensuite à votre somnambule de vous faire la description détaillée d'une maison voisine de celle où vous opérez. Exigez qu'il décrive les objets qu'elle contient, et contrôlez si cela est possible les dires du sujet. Demandez ensuite des renseignements sur des lieux plus éloignés. Dites encore au médium de se transporter par la pensée chez un de vos amis, et priez-le de vous dire ce qu'il voit..... si votre ami est chez lui..... ce qu'il fait à l'heure actuelle..... etc. Dès que cela sera possible, vous contrôlerez l'exactitude des renseignements donnés. Dans le développement de la clairvoyance, les essais de vision dans le cristal donnent des résultats vraiment extraordinaires. J'aborderai ce sujet dans le chapitre suivant.

Prescience

La prescience est la faculté de prévoir les événements futurs. Dans l'état d'hypnose, certains médiums découvrent avec la plus grande facilité la relation de cause a effet. Ils savent tirer des déductions logiques, et peuvent souvent donner des conclusions subséquentes d'une certitude mathématique. Lorsqu'un sujet en somnambulisme artificiel vous a donné des preuves non équivoques de lucidité véritable, vous pourrez, par la méthode que je vais exposer, le conduire jusqu'à la prescience si ses dispositions naturelles le permettent. Choisissez de préférence comme sujet d'expérimentation une personne rêvant parfois d'événements qui se réalisent. Insistez tout d'abord sur les seules expériences de lucidité. Demandez au sujet s'il peut voir à distance une personne de votre connaissance et vous donner des renseignements sur ses occupations du moment. Après avoir contrôlé l'exactitude des renseignements fournis, renouvelez ces essais en faisant porter les interrogations sur des personnes plus éloignées. Certains médiums vous étonneront par l'exactitude de leurs dires.

Arrivons enfin aux expériences de prescience.

Demandez d'abord le nom de la première personne qui entrera dans la pièce où vous opérez, puis celui de la première personne que vous rencontrerez dehors. Si les prévisions se sont réalisées, vous pourrez étendre le champ de vos recherches, en demandant des renseignements sur des événements susceptibles de se produire dans un avenir plus ou moins éloigné.

Vision dans le cristal

Il n'est guère possible de parler de la lucidité et de la prescience sans dire quelques mots de l'automatisme visuel obtenu si facilement par la fixation prolongée d'une boule de cristal assez volumineuse. On peut établir un rapprochement entre les résultats obtenus et ceux qu'affirmaient obtenir les pré- tendus magiciens et. les devineresses des temps passés, par l'intermédiaire de leurs « miroirs magiques ». De tous les faits de magie et d'occultisme, ou plus scientifiquement de psychisme expérimental (1), la vision dans le cristal est certainement l'un des plus extraordinaires. C'est aussi le moins contestable et le plus facile à obtenir. Selon l'expression du docteur Maxwell, les résultats obtenus confondent l'imagination et « tendent à démontrer la vérité de l'idée Kantienne sur la relativité et la contingence du temps et de l'espace ». L'explication du phénomène varie suivant les écoles, mais les plus savants psychologues admettent aujourd'hui que le phénomène de vision dans le cristal se résume en de simples messages transmis à la conscience personnelle par la conscience générale sous forme d'images. Que voit-on dans le miroir magique ? Des souvenirs oubliés, Des faits passés qu'on a toujours ignorés, Des faits actuels se passant au loin, Des faits futurs. Les sujets doués de la faculté de voir immédiatement dans le miroir magique sont nombreux. Ceux qui ne peuvent y parvenir dès les premiers essais obtiendront des résultats satisfaisants après un entraînement préalable. Grâce à cet entraînement, cette faculté se manifestera dans un temps relativement court chez tout individu. Il suffit de consacrer un quart d'heure par jour à l'exercice recommandé un peu plus loin, pour obtenir dans un avenir peu éloigné les résultats les plus extraordinaires. 11 est en effet indéniable que les sens astraux existent. Les phénomènes de somnambulisme naturel ou artificiel, les facultés étranges des extatiques nous ont fait pressentir leur existence. Les faits d'extériorisation de la motricité et de la sensibilité nous l'ont confirmée. Jusqu'à ce jour, les manifestions des sens astraux ont été assez rares. Dans son ouvrage Les Miroirs' Magiques, Sédir expose fort justement le pourquoi. « C'est, dit-il, parce que nous n'avons pas conscience de leurs activités, le champ de la conscience ne s'est pas encore développé jusqu'au plan astral (conscience transcendante des Allemands). Tout le secret de la clairvoyance se résout donc dans ce seul moyen : étendre le champ de la conscience. « Essayons de définir exactement ce mot de conscience, nous pourrons ainsi trouver plus rapidement le moyen de la développer. « La conscience est cette faculté du Soi qui lui fait reconnaître sa distinction individualiste d'avec les autres objets : c'est la relation qui s'établit entre le moi et le non-moi au moyen des divers systèmes de sensibilité. « Son exercice suppose nécessairement celui de la faculté de perception. « Or l'expérience de chaque jour nous a appris que nous ne percevons un objet qu'autant que nous lui accordons notre attention. D'autre part, toutes les philosophies reconnaissent que l'attention est un phénomène essentiellement volontaire. Remontant la chaîne de déduction qui vient d'être établie, il peut être conclu que le seul moyen d'étendre le champ de la conscience en vue du développement de la claire-vue, c'est la mise en œuvre de la volonté ou du désir. » (i) Les miroirs magiques facilitent dans la plus large mesure l'obtention de la clairvoyance qui peut, nous le savons déjà, s'exercer dans le temps, vision des choses passées ou futures (2), et dans l'espace, vision des choses présentes mais éloignées (3). Ils ont été connus de tous les peuples, et l'on trouve des traces de leur existence aussi loin que peuvent nous reporter les plus anciennes traditions. Plusieurs volumes seraient nécessaires si je voulais développer tous les documents réunis sur les miroirs magiques. Les opinions sont divisées dans l'explication des phénomènes, mais il n'en est pas de même en ce qui concerne la réalité des faits. Les expérimentateurs sont d'accord sur ce point, et tous les opérateurs admettront, après expérience, que les miroirs donnent des résultats indiscutables. L'automatisme visuel étant peut-être le phénomène le plus extraordinaire qu'il soit possible d'étudier, en même temps que l'un des plus faciles à obtenir, je crois devoir ajouter que l'on trouvera un excellent modèle de miroir psychique à la Librairie A. Filiatre, Villa Bellevue, Cosnes-surl'Œil (Allier), au prix de 6 fr. 5o franco. Ce miroir consiste en une boule semi-ovoïde de cristal. Les expérimentateurs de tous les temps et de tous les pays, à quelque école qu'ils appartiennent, sont unanimes à reconnaître que la boule de cristal est le procédé de choix. Mes recherches personnelles m'ont démontré depuis longtemps la justesse de cette remarque. Il peut paraître étonnant que ces phénomènes soient encore si ignorés. C'est que la science, s'étant longtemps désintéressée des faits psychiques, rares ont été jusqu'à ce jour les personnes qui ont expérimenté. Il n'en est plus de même à l'heure actuelle. Dans le monde entier les académies, les sociétés savantes, les plus éminents psychologues étudient passionnément ces phénomènes extraordinaires et s'efforcent d'en fixer les lois. Pour lever tous les doutes qui pourraient subsister dans l'esprit du lecteur relativement à la réalité de ces phénomènes étranges, pour engager toutes les personnes qui liront cet ouvrage à expérimenter afin de se convaincre de la vérité, je crois devoir reproduire un passage d'un intéressant volume de Ch. Lancelin : L'Au-Delà et ses Problèmes. «..... si quelque lecteur, prévenu par ses études antérieures, - peut-être devrais-je dire par son manque d'études antérieures, car il est à remarquer que se sont surtout les ignorants qui croient posséder la science infuse et qui, par suite, sont les plus âpres à repousser tout ce qu'ils considèrent comme faux uniquement parce que c'est en dehors des rares livres qu'ils ont lus— si, dis-je, quelque lecteur, malgré toutes les explications que je viens de donner, persistait à croire que la vision dans l'au-delà n'est qu'une plaisanterie de bas étage, je lui citerai un passage extrait d'un ouvrage de J. Maxwell (i), auteur qui est loin d'être un rêveur mystique ou un esprit chimérique et mal pondéré, car à la qualité d'avocat général près de la Cour d'appel de Bordeaux il joint celle de docteur en médecine; de plus son œuvre est préfacée et présentée au public par le docteur Richet, membre de l'Académie de Médecine et professeur à la Faculté de Médecine de Paris. Ce sont là, je crois, des titres sérieux à l'attention du public. « L'un des moyens (de vision hyperphysique) « les plus anciennement connus, dit le docteur « Maxwell, est l'emploi d'une boule de cristal. Je « n'ai pas besoin de rappeler les pratiques des an« ciennes devineresses, ni l'histoire de John Dée, ni « les nombreux récits qui nous ont été faits par les « chroniqueurs et les romanciers. La boule de cristal est le procédé perfectionné..... » « Pour regarder dans la boule, il faut la placer à l'abri de tout reflet, de façon qu'elle offre une teinte uniforme sans points brillants. Pour cela, on peut l'envelopper d'un foulard ou d'un velours foncé, ou la tenir dans le creux de la main, ou même la tenir au bout des doigts, pourvu que les conditions indiquées plus haut soient remplies. L'objet doit être placé à la distance de la vision normale; le regard doit être porté non sur la surface de la boule, mais dans la boule elle-même : avec un peu d'habitude, on y arrive aisément. » Le miroir que je recommande au lecteur est beaucoup plus pratique que la simple boule de cristal. En effet, l'opérateur n'est pas dans l'obligation de tenir l'appareil, ni de l'envelopper d'une façon quelconque. Il le place simplement sur une table, s'assied commodément en face, et fixe l'intérieur de l'objet jusqu'à ce que des formes apparaissent. La meilleure méthode d'entraînement pour obtenir aisément l'automatisme visuel est indiquée par Papus dans son Traité de Magie Pratique. « Quand on a regardé quelques instants le centre du miroir, dit-il, on sent un picotement caractéristique dans les yeux et l'on est obligé de fermer momentanément les paupières, et, par suite, de détruire tous les efforts faits jusque là. Le cligne- ment des paupières est dû à l'être impulsif et est purement réflexe. Aussi faut-il le combattre par la volonté, et c'est une affaire de quelques jours seulement, en faisant chaque jour une séance de vingt minutes au maximum. Au moment donc où se sent le picotement caractéristique des yeux, il faut tendre la volonté pour empêcher les paupières de se fermer, et on y arrive assez vite, nous l'avons dit. « Ce premier résultat étant obtenu, on verra d'abord le miroir prendre une teinte différente de celle qu'il présente habituellement. Des effluves rouges, puis bleuâtres et semblables aux effluves électriques se montreront et c'est alors seulement que les formes apparaîtront..... » Pour les raisons exposées dans mon Cours complet d'Hypnotisme Pratique, je tiens essentiellement à citer des opinions, des observations d'auteurs dont l'autorité et la compétence ne peuvent être mises en doute par personne. Je ne parlerai pas ici de mes propres expériences, mais je terminerai ce chapitre par quelques remarques du docteur Maxwell sur la vision dans le cristal. Après avoir rapporté quelques cas de vision de faits futurs qu'il a lui-même observés, l'auteur ajoute : « Le sujet qui voit dans un miroir vingt-quatre heures à l'avance des scènes qu'il vivra exactement le lendemain, nous présente un phénomène d'une importance considérable. Il permet de pressentir que le temps et l'espace sont des formes de la conscience personnelle, mais qu'elles n'ont pas peut-être, pour la conscience impersonnelle, la même signification. Le docteur Maxwell conclut : « La conscience volontaire et personnelle, loin d'être la conscience entière n'en est qu'une partie spécialisée. » (I) On ne peut élever aucune objection sérieuse contre cette explication scientifique du phénomène. La vision dans le cristal, étudiée depuis si longtemps par les anciens magiciens, et que chacun de nous peut étudier personnellement, n'a donc rien de mystérieux, rien de surnaturel, même lorsqu'elle porte sur des faits qu'on a toujours ignorés, sur des faits actuels se passant au loin, enfin sur des faits futurs.

La Fascination

Certaines personnes paraissant réfractaires à l'action du magnétisme (application des mains sur les omoplates, attraction en arrière) sont fortement impressionnées par la seule action du regard de l'opérateur. Cette forme particulière de l'influence hypnotique est connue sous le nom de fascination. La fascination s'obtient surtout sur les individus du sexe masculin âgés de I5 à 3o ans. On peut la provoquer sans aucune suggestion préalable et sans que la personne s'attende à être influencée. Regardez brusquement et de très près le sujet, en lui recommandant de vous regarder le plus fixement qu'il pourra (Fig. I23).C'est ce qu'on appelle la prise du regard. Aussitôt, le regard de la personne susceptible de fascination s'attache au vôtre et ne s'en détache plus. Le sujet suit partout votre regard, reculez-vous, il avance (voir la figure 20), avancez-vous, il recule (voir la figure 17). Il se baisse si vous vous baissez (Fig. 124), et se relèvera en même temps que vous. Certains imiteront tous vos gestes, accompliront toutes les suggestions que vous leur imposerez, et n'en garderont aucun souvenir. En répétant les tentatives sur le même sujet, l'état de fascination s'accuse de plus en plus et la suggestibilité s'exalte. Pour mettre fin à cet état, soufflez sur les yeux du sujet. Si vous placez une main devant les yeux d'un sujet fasciné, et que vous la dirigiez ensuite sur les yeux d'une autre personne, le sujet s'attachera invinciblement au regard de cette personne. Pour obtenir plus aisément l'état de fascination, l'opérateur fera placer les mains du sujet sur les siennes étendues horizontalement (Fig. i45), en lui recommandant de presser de toutes ses forces.



Back to Index




We invite you to visit our download site www.hypnotisme.com/hypnotisme/