Deprecated: preg_replace(): The /e modifier is deprecated, use preg_replace_callback instead in /home3/isicnv/domains/hypnotisme.com/hypnotisme/filiatre/page.php on line 93

Deprecated: preg_replace(): The /e modifier is deprecated, use preg_replace_callback instead in /home3/isicnv/domains/hypnotisme.com/hypnotisme/filiatre/page.php on line 94
 
Brought to you by ISI-CNV


LE SOMMEIL HYPNOTIQUE

Il existe un grand nombre de procédés pour induire un sujet dans le sommeil hypnotique. En réalité, ils se ramènent tous à trois facteurs principaux : 1° la fixation d'un point (de préférence brillant) ou des yeux de l'hypnotiseur (fascination), 2° la suggestion, 3° les passes.

Nous étudierons successivement toutes les méthodes connues jusqu'à ce jour pour obtenir l'hyp-notisation, en commençant par un procédé combiné de fixation, suggestion et passes, qui est très efficace et surtout absolument inoffensif.

En principe, les passes pour endormir se font en descendant. Pour éveiller, on emploie au contraire des passes montantes. Afin de guider l'étudiant, il est nécessaire de fixer quelques formes de passes. Ces indications n'ont rien d'absolu, sauf dans l'expérimentation exclusivement magnétique que nous aborderons un peu plus loin. Dans l'expérimentation actuelle, on pourrait varier à l'infini les passes recommandées. Il n'y aurait aucun inconvénient à employer d'autres formes de passes. Cependant, comme elles ne seraient pas d'une efficacité plus grande, le débutant peut suivre à la lettre les indi- cations données. Il pourra plus tard donner libre cours à son imagination et à son intuition.

Méthode d'actions combinées

Tentez votre premier essai sur le plus sensible de vos sujets.

Faites-le asseoir commodément. Dites-lui de penser au sommeil, et, lui faisant fixer votre doigt ou un objet brillant, la boule hypnotique Fournier par exemple (Fig. 60), suggérez d'une voix douce et monotone :

Vos paupières sont lourdes.....elles s'abaissent.....

Insistez sur cette suggestion. Lorsque les yeux sont fermés, mettez les deux mains de chaque cote de la tête, les pouces à la naissance des cheveux (Fig 61) et imprimez à vos pouces un mouvement de haut en bas de la racine des cheveux jusqu'aux sourcils. Dans leur mouvement descendant (de la naissance des cheveux aux sourcils), les pouces toucheront légèrement le front. Le mouvement ascendant (des sourcils à la naissance des cheveux) sera fait sans contact.

Ce mouvement sera continué pendant 3 a 4 minutes en répétant :

Votre tête est lourde.....dormez.....

Placez-vous ensuite derrière le sujet. Passez les mains lentement du milieu du front jusqu'aux tempes (Fig. 62) en continuant les suggestions pendant 3 ou 4 minutes.

Reprenez votre place devant le sujet, et faites des

passes avec ou sans contact, partant de la tête, suivant les épaules, et descendant jusqu'à l'extrémité des doigts (Fig. 63) en insistant d'une voix de plus en plus basse sur les suggestions: Dormez.... dormez profondément.....

Persistez jusqu'à l'obtention du sommeil.

Si le sujet ne dort pas après une demi-heure, interrompez la séance, et recommencez le lendemain autant que possible à la même heure.

Certaines personnes dont les yeux se ferment irrésistiblement dès la première suggestion s'endorment parfois en quelques secondes, d'un sommeil très profond. Dans ce cas, il n'est pas nécessaire de passer par les quatre formes de passes indiquées, ou bien on peut réduire le temps recommandé pour chacune d'elles.

OBSERVATION

Les tentatives d'hypnotisation seront toujours plus rapidement suivies d'effet si l'on provoque chez le sujet une fatigue musculaire préalable.

Avant d'employer les manœuvres hypnotiques proprement dites, on pourrait par exemple recommander au sujet d'étendre les bras en croix pendant quelques minutes (comme l'indique la figure 46). La fatigue nerveuse qui en résultera provoquera le besoin de repos au moment ou l'on voudra obtenir le sommeil hypnotique.

Méthode du docteur Ch. Richet

Asseyez-vous en face du sujet. Prenez chacun de ses pouces dans une main, et serrez-les d'une manière uniforme pendant 3 à 4 minutes (Fig. 64). Faites ensuite des passes de haut en bas au-devant des yeux (Fig. 65).

Méthode du docteur Bernheim

Dites au sujet de penser au sommeil, et, le fixant à la racine du nez pendant qu'il vous regarde dans les yeux, donnez des suggestions de sommeil comme cela est indiqué dans la méthode d'actions combinées.

Insistez sur ces suggestions, puis avec les deux mains passez plusieurs fois de haut en bas devant les yeux (comme l'indique la figure 65).

Ajoutez d'un ton un peu impérieux: Dormez.

Méthode Gessman Asseyez-vous en face du sujet. Dites-lui de fermer les yeux. Prenez ses mains dans les vôtres, de façon que les quatre pouces soient en contact (Fig. 66), et priez la personne de ne pas résister au sommeil qui apparaît. Quand elle sommeille (généralement au bout de deux à dix minutes), rendez le sommeil profond par des passes sur la tête et la poitrine. Pour amener le sujet à parler, placez une main sur sa tête, saisissez avec l'autre une de ses mains et demandez, près du creux de l'estomac: M'enten-dez-vous? (Fig. 67). En répétant cette question quatre ou cinq fois, il est rare de ne pas obtenir une réponse à voix très basse. Le moment est alors venu de continuer les expériences.

Méthode des Fascinateurs : Donato, Verbeck, Onofroff, docteurs Brémaud, Teste, etc.

Tous ces opérateurs endorment leurs sujets par la seule fixation. Asseyez-vous en face du sujet et fixez-le sans interruption à la racine du nez pendant qu'il vous regarde dans les yeux. Au bout de quelques instants ses paupières clignoteront, s'humecteront de larmes, se contracteront fortement à plusieurs reprises, puis enfin se fermeront. Dans leurs séances publiques, la plupart des hypnotiseurs professionnels ont recours à cette méthode, mais endorment généralement leurs sujets debout.

Méthode du docteur Bourneville

Le docteur Bourneville joint à la fixation la pression des pouces (Voir la figure 64). Si le sommeil tarde à se produire, il lâche les mains du sujet et lui applique les pouces sur les globes oculaires en fermant les paupières supérieures (Fig. 68).

Méthode Pickman

Expérimentateur de séances publiques, M. Pickman endort ses sujets de la façon suivante : « Il se place à la gauche du sujet debout et lui fait regarder le chaton brillant d'une bague placée dans la paume de la main gauche et maintenue un peu au-dessus des yeux; il applique la main droite Sur les omoplates du sujet (Fig. 69), ou bien il fait des passes dans le dos et derrière la tête. L'hypno-tisation se produit dès que les paupières se rapprochent ou se ferment, ou lorsque le su,et tombe en arrière. » (1)

Méthode Rhénato La méthode de M. Rhénato, célèbre hypnotiseur professionnel, est basée sur le même principe, mais l'auteur emploie de plus l'occlusion des yeux, la fixation de la racine du nez et la suggestion verbale, ce qui donne à ce procédé une efficacité remarquable.

M. Rhénato expose ainsi sa méthode :

« Jusqu'à ces derniers temps, j'ai employé une Méthode assez longue pour endormir. Je procède autrement et j'obtiens le sommeil en une minute, instantanément parfois. « Le sujet se tient droit devant moi. Il fixe le chaton d'une bague placée dans la paume de ma main gauche que je tiens élevée à trente centimètres environ devant ses yeux, ma main droite sur les omoplates (Fig. 70). « Je reste un moment dans cette position et je (Doctteur Bonnet).- Traité pratique d'hypnotisme et de suggestion thérapeutiques. donne deux ou trois suggestions en fixant la racine du nez du sujet. Très lentement, j'avance la main gauche et je retire la droite, le sujet recule et est pris (Fig. 71); je complète par l'occlusion des yeux (comme l'indique la figure 68, mais le sujet étant debout) et par quelques passes et suggestions. » Bague pour l'expérimentation des Méthodes Pickman et Rhénato Ces procédés d'hypnotisation étant très pratiques et très rapides, je crois devoir informer les personens désirant expérimenter les méthodes Pickman et Rhénato que la Librairie A. Filiatre, Villa Bellevue, Cosnes-sur-1'Œil (Allier), met en vente dans ses magasins et expédie franco, par envoi recommandé, pour la France et tous les pays, contre cinq francs en un mandat-poste, une bague hypnotique, dont le chaton en stras similisé est taillé à facettes. Cette bague d'une efficacité remarquable est construite de façon à s'adapter exactement à tous les doigts, quelle que soit leur grosseur.

Méthode Hansen L'opérateur Hansen provoque l'hypnose en renversant brusquement la tête du sujet, et en le fascinant de très près (Fig. 72).

Méthode Gerling

Faites asseoir le sujet commodément, autant que possible le dos tourné à la lumière. Dites-lui de penser au sommeil, et fixez-le à la racine du nez. Posez vos mains sur celles de la personne (Fig. 73) et suggérez une sensation de chaleur, puis de pesanteur et d'engourdissement dans les bras. En continuant la fixation, faites des passes de la tête à l'estomac (Fig. 74) en suggérant la pesanteur des paupières, la lourdeur de la tête, enfin le sommeil. Lorsque les paupières clignotent, appuyez légèrement la main droite sur la tête de la personne. Abaissez lentement cette main de façon à hâter l'occlusion des paupières (Fig. 75). Quand les yeux sont fermés, faites avec les pouces une pression sur les globes oculaires (comme l'indique la figure 68), en disant : Maintenant vous dormez.

Méthode de l'abbé Paria

Faites asseoir commodément le sujet. Dites-lui de penser au sommeil et de vous regarder. Fixez de loin vos yeux sur lui en montrant le revers élevé de votre main (Fig. 76). Avancez de quelques pas, puis abaissez brusquement le bras, en ordonnant avec autorité de dormir. Si l'effet n'est pas obtenu immédiatement, marchez vers le sujet, et, lui appuyant le doigt sur le front, répétez le commandement : Dormez! (Fig. 77).

Méthode du docteur Liébauld

Posez la main sur le front du sujet. Abaissez-la très lentement, de manière à fermer progressive- ment les yeux de la personne (Fig. 78), en suggérant d'une voix de plus en plus basse et tranquille : Pensez au sommeil..... vos paupières sont lourdes..... elles s'abaissent.....dormez..... Insistez sur ces suggestions jusqu'à ce que le sommeil soit obtenu.

Méthode de Deleuze

Faites asseoir commodément le sujet, et placez-vous vis-à-vis de lui de manière que ses genoux soient entre les vôtres et que vos pieds soient à coté des siens. Prenez ses pouces entre vos deux doigts de manière que l'intérieur de vos pouces touche l'intérieur des siens et fixez vos yeux sur lui (FIG. 79). Restez de deux à cinq minutes dans cette situation. Retirez vos mains en les écartant à droite et à gauche et élevez-les jusqu'à la hauteur de la tête (FIG. 80). Placez-les sur les deux épaules (Fig. 81) et laissez-les environ une minute. Ramenez-les ensuite le long des bras jusqu'à l'extrémité des doigts, en touchant légèrement (Fig. 82). Recommencez cette passe cinq ou six fois. Puis placez vos mains au-dessus de la tête (FIG. 83). Tenez-les un moment, et descendez-les en passant devant le visage, jusqu'au creux de l'estomac (Fig. 84). Posez les pouces sur le creux de l'estomac et les autres doigts au-dessous des côtes (FIG. 85). Laissez-les environ deux minutes, et descendez lentement jusqu'aux genoux. Ces pratiques répétées suffisent pour endormir un sujet.

Méthode Moutin

Le sujet étant assis commodément, prenez-lui les mains en appliquant vos pouces contre les siens, et fixez-le en l'invitant à vous regarder (comme l'indique la figure 64). Restez ainsi pendant dix minutes ou un quart d'heure. Si vous avez à faire à une personne impressionnable, ce laps de temps est suffisant pour obtenir la clôture des paupières. Lâchez alors les mains du sujet, et mettez-vous debout. Elevez vos bras au niveau de sa tête, et placez vos mains à quelques centimètres au-dessus de celle-ci (comme l'indique la figure 83). Laissez-les pendant quelques secondes et descendez-les latéralement à la hauteur des oreilles (Fig. 86), où vous les arrêterez également pendant quelques secondes. Dirigez ensuite vos doigts en poinie vers le cervelet (Fig. 87) et abaissez lentement vos mains sur les épaules sans toucher (Fig. 88), en prolongeant ensuite les passes jusqu'aux coudes (Fig. 89). Remontez vos mains au-dessus de la tête, et recommencez l'opération décrite pendant environ cinq minutes. Asseyez-vous de nouveau en face du sujet, et élevez une de vos mains à peu près au niveau de la racine de son nez (Fig. 90); puis descendez-la lentement jusqu'au sommet de sa poitrine et même jusqu'en face de l'épigastre (Fig. 91). Remontez-la ensuite, et continuez ainsi jusqu'à l'obtention de l'immobilité et de l'insensibilité absolues.

Méthode de Braid

Lorsqu'un sujet a déjà été endormi du sommeil hypnotique, cette simple méthode suffit généralement pour provoquer de nouveau l'hypnose. Elle induira également dans cet état un assez grand nombre de personnes n'ayant encore jamais été influencées. Placez le sujet dans une position commode. Faites-lui fixer un objet brillant, en tenant l'objet a fixer en face de la racine du nez, un peu au-dessus, a une distance de dix à vingt centimètres (comme l'indique la figure 60). Dites à la personne d'avoir les yeux constamment fixés sur l'objet et de penser au sommeil. Si le sujet ne dort pas au bout de six à huit minutes, choisissez un autre procédé.

Méthode de Braid modifiée par le docteur Liébengen

Au lieu de l'objet brillant, faites fixer votre pouce. Placez-vous à côté du sujet, posez votre main droite a plat sur sa tête, et tenez le pouce à quelques centimètres de la racine du nez (Fig. 92). Hypnotisme instantané par suggestion verbale Certains sujets très influençables seront endormis profondément par ce seul procédé. Après avoir constaté que la personne est attirée irrésistiblement en arrière par l'application des mains sur les omoplates, faites-la asseoir, et suggérez d'un ton positif : Fermez vos yeux.....pensez au sommeil.....votre tête est lourde..... dormez..... dormez.....

Hypnose par impression continue sur l'ouïe

La concentration soutenue de l'attention sur une impression auditive induira un grand nombre de sujets dans un état hypnotique. Faites asseoir la personne, appliquez-lui une montre sur le front. Dites-lui de fermer les yeux et d'écouter le tic-tac, de concentrer toute son attention sur ce bruit, en pensant au sommeil. Quelques sujets s'endormiront ainsi en quelques minutes. Méthodes du Docteur Charcot Le docteur Charcot endormait ses hystériques par une impression violente et brusque sur la vue, l'ouïe ou l'odorat. Il agissait sur la vue par le moyen d'un jet de lumière; sur l'odorat, en débouchant brusquement un flacon d'ammoniaque sous le nez du sujet; enfin sur Coule, en frappant sur un gong ou un énorme diapason. Ces impressions violentes et brusques ont souvent pour effet immédiat de plonger en catalepsie le sujet hystérique.

Hypnotisation par pression des zones hypnogènes

On appelle zones hypnogènes des régions du corps dont la pression a pour effet de provoquer l'hypnose. Chez quelques personnes, une zone hypnogène existe à la première phalange des doigts, près de la racine de l'ongle. D'autres en possèdent une aux poignets ou au pli du coude. Si l'on découvre un sujet possédant une zone hypnogène, la seule pression de cette partie amènera l'hypnose.

Méthode du Docteur Lasègue

Après quelques influences à l'état de veille, faites fermer les yeux du sujet. Placez vos mains de chaque côté de sa tête, et maintenez pendant quelques minutes les paupières fermées en pressant légèrement les globes oculaires avec les pouces (comme l'indique la figure 68).

Méthode du Docteur G. Bonnet

Cette méthode est particulièrement à recommander car elle permet de développer rapidement la suggestibilité des personnes soumises à l'épreuve, et d'induire en hypnose des sujets paraissant au premier abord absolument réfractaires à l'influence hypnotique. L'auteur emploie surtout l'hypnotisme en vue du soulagement et de la guérison des maladies, mais il est bien entendu que son procédé peut être utilisé avec beaucoup d'avantages dans tous les cas quels qu'ils soient. « J'utilise, dit-il, en les combinant selon les cas, les diverses méthodes tant magnétiques que suggestives ou hypnotiques. C'est le résultat de plusieurs années de travail personnel et de nombreuses observations faites sans parti pris, en dehors de toute idée préconçue. « Le plus souvent, en quelques minutes, on est fixé sur la suggestibilité du sujet et presqu'aussitôt sur le degré hypnotique qui pourra se manifester..... « Deux cas se présentent : le sujet peut se tenir debout ou bien il ne le peut pas ; le premier cas est le plus important et nous allons le passer en revue avec le plus de détails possible. « Quand le sujet peut demeurer debout, invitez-le à se tenir bien droit sur les jambes, les bras pendants, la tête haute, les yeux clos; faites quelques passes avec vos doigts sur les paupières, en allant de haut en bas et appuyant légèrement sur les globes oculaires, de manière à augmenter l'occlusion (Fig. 93); puis, vous plaçant derrière lui, appliquez vos mains sur les omoplates, les deux pouces près de la colonne vertébrale, les doigts allongés aboutissant aux fosses sus-épineuses ou à la nuque (voir la figure 2). « Ne dites rien. « Après une imposition des mains qui peut varier de quinze à vingt secondes jusqu'à une ou plusieurs minutes, retirez lentement, très lentement, vos mains en arrière tout en maintenant le contact de manière, pour ainsi dire, à inviter la personne à s'appuyer contre elles. Si le sujet suit, s'il tend à tomber en arrière (comme l'indique la figure 3), vous êtes certain d'avoir affaire à un cas très suggestible, d'autant plus suggestible que le mouvement en arrière est plus spontané et plus accentué ; la suggestibilité est moindre si vous reconnaissez qu'il y a une certaine résistance, une certaine appréhension à se laisser aller par crainte d'une chute. « S'il n'y a aucun effet, ou si l'effet produit vous semble trop faible, recommencez votre essai en vous aidant de la suggestion verbale. Prévenez le sujet qu'il va se sentir attiré en arrière ; que, lorsque vous éloignerez vos mains, il sera obligé de s'appuyer contre elles et de suivre leur mouvement; s'il ne sent rien il ne doit pas bouger; mais s'il constate qu'il est attiré, il doit se laisser aller de confiance : il n'a rien à craindre, il ne risque pas de tomber, vous êtes derrière lui, vous veillez sur lui. Vous lui recommandez bien de ne pas opposer de résistance, mais de ne pas y mettre de complaisance. Maintenez l'application des mains pendant quelques minutes, deux ou trois au plus; et de nouveau, lentement, très lentement, comme pour ne pas perdre le contact, retirez vos mains. Si le sujet est suggestible il suit votre mouvement et son corps, sans que les pieds bougent, se porte en arrière; l'amplitude et la vitesse du mouvement sont généralement en rapport avec le degré de suggestibilité. Certains sujets se déplacent tout d'une pièce et tomberaient si on ne les soutenait pas; d'autres ebauchent le mouvement de recul mais se retiennent et se raidissent ou changent leurs pieds de place: c'est à ceux-ci surtout que vous devez faire les recommandations exposées ci-dessus pour les rassurer et pour qu'ils s'abandonnent à fond. Remettez le sujet en place et renouvelez l'application des mains et leur retrait. Recommencez la manœuvre plusieurs fois ; généralement le mouvement s'accentue et finit par prendre toute l'étendue possible ; c'est un corps lourd et inerte que vous avez à soutenir. « Si vous n'avez rien obtenu ou trop peu, frictionnez avec une main la colonne vertébrale de haut en bas, depuis la nuque jusqu'à la région lombaire, l'autre main étant appliquée au niveau de l'estomac, en avant, et servant à maintenir la personne en équilibre (Fig. 94) ou bien encore faites les frictions avec les deux mains manœuvrant ensemble des deux côtés de la colonne vertébrale (Fig. 95). « Tout en frottant, vous pouvez, pour expliquer votre action, suggérer verbalement que vous exercez ainsi un effet sur le système nerveux qui, par suite, fonctionnera régulièrement, qu'il n'y aura plus de douleur, plus de maladie, etc. « Après quelques instants, frictionnez aussi la région externe des hanches et des cuisses (Fig. 96), (ceci, cependant n'est pas indispensable), puis recommencez l'application des mains comme il a déjà été fait ; vous pouvez renouveler les essais deux ou trois fois. Si la personne est suggestible, l'action se produira certainement. « Si aucun effet appréciable n'a lieu, essayez le procédé suivant : appliquez une main sur le front et, à l'aide de son bord inférieur et du petit doigt, comprimez légèrement les yeux clos ; placez l'autre main au creux occipital; puis, imprimez à la tête un lent mouvement de va et vient d'arrière en avant et d'avant en arrière pendant vingt ou trente secondes (Fig. 97); si le sujet est suggestible il ne tarde pas à s'abandonner complètement et le corps tout entier prend part au balancement. Chez les personnes non suggestibles, la tête seule obéit, le corps ne se dérange pas de l'équilibre vertical. « Si vous n'avez rien constaté, il ne faut pas en conclure que la personne n'est pas suggestible, car elle pourrait être hypnotisable par d'autres moyens et devenir suggestible pendant l'hypnose. Le plus commode et le plus facile sera d'essayer une influence par le braidisme. « Si le sujet est fort et vigoureux, qu'il ne soit pas trop fatigué par l'expérimentation précédente, faites-le tenir debout devant une petite boule brillante suspendue à un mur à hauteur des yeux; cette boule sera, par exemple, un bouton argenté cousu sur un morceau de velours noir afin qu'il se détache mieux ; un bouchon de carafe ou tout autre objet brillant peut remplir le même office. « Prescrivez au sujet de laisser tomber ses bras le long du corps, de bien concentrer ses regards et sa pensée sur ce bouton et de ne se préoccuper de rien de ce qui se passe autour de lui. « Laissez-le, abandonné à lui-même, pendant quatre ou cinq minutes (davantage pourrait être trop fatigant), tout en le surveillant pour qu'il ne perde pas l'équilibre, surtout si les yeux venaient à se fermer tout seuls. « Si le sujet est faible ou fatigué par l'expérimentation antérieure, faites-le asseoir ou coucher commodément et donnez-lui à tenir la boule dans sa main, soit à hauteur des yeux, soit à hauteur de la ceinture à une distance de trente à quarante centimètres (Fig. 98) ; faites les mêmes recommandations que ci-dessus pour la concentration de la vision et de la pensée et laissez l'action se produire pendant environ cinq minutes si vous êtes pressé, pendant un quart d'heure et même vingt minutes si vous avez le temps. Le sujet influencé fermera ses yeux, sinon vous les fermerez vous-même (Fig. 99). « Que les yeux se soient fermés spontanément ou non, vous pouvez faire au sujet la suggestion qu'il ne peut ouvrir les yeux. S'il ne peut les ouvrir vous êtes certain qu'il est suggestible; s'il les ouvre malgré votre injonction, vous resterez dans le doute. « Je ne suis pas partisan de cet essai chez un sujet neuf et je ne le risque que chez un sujet entraîné par plusieurs hypnotisations précédentes, quand je veux apprécier l'intensité de l'état hypnotique. Un échec peut diminuer votre prestige. « Cependant, si les yeux se sont fermés spontanément, il est probable qu'ils ne s'ouvriront pas quand vous mettrez le sujet au défi. S'ils ne se sont pas fermés d'eux-mêmes, mais par votre intervention, vous pouvez produire l'influence et l'augmenter par une friction prolongée de la paroi supérieure du crâne (Fig. 100), ou par quelques passes sans contact de la tête à l'estomac. « Que l'opération braidique ait été appliquée à un sujet debout ou assis, si elle n'est pas terminée par l'occlusion des yeux, que vous ayez fait ou non la,- friction du vertex, continuez de la manière suivante : « Faites asseoir la personne dans un fauteuil ou faites-la coucher sur un lit ou un divan ; que ses jambes, ses bras, tout son corps soient convenablement appuyés et présentez devant ses yeux et un peu au-dessus, à une vingtaine de centimètres, l'index et le médius d'une de vos mains allongés et accolés l'un à l'autre, les autres doigts étant fermés (Fig. ioi); vous ordonnez de regarder avec toute l'attention possible l'extrémité du médius. Vous pouvez placer ou non votre autre main sur la tête du sujet, le pouce sur le front aboutissant entre les deux sourcils (Fig. 102). Vous surveillez les yeux. S'il y a action, vous ne tarderez pas à remarquer, du côté des pupilles, quelques mouvements alternatifs de dilatation et de contraction, quelquefois très faibles mais cependant appréciables; les yeux deviennent larmoyants, parfois les paupières clignotent ou s'animent de mouvements plus ou moins rapides, ou encore vous constatez un ou deux mouvements fibrillaires dans les doigts ; l'hypnose est en train de se produire; vous pouvez l'activer davantage en suggérant que les paupières sont lourdes et qu'elles vont se fermer. Souvent il en est ainsi presque tout de suite ; si le résultat se fait trop attendre, provoquez un abaissement des yeux et des paupières en faisant très lentement descendre vos doigts point de mire (Fig. 103), et lorsque l'ouverture interpalpébrale est devenue très faible, appliquez deux doigts de l'autre main sur les yeux, pratiquez l'occlusion complète et maintenez-la pendant quelques instants (Fig. 104). « Tous ces détails peuvent paraître longs et compliquer le mode opératoire ; en réalité, celui-ci est fort simple. « D'abord, manoeuvres dorsales : il y a suggestibilité ou non. « Si la suggestibilité n'est pas apparente, braidisme par un objet ; il y a effet ou il n'y en a pas. « S'il n'y a pas effet, réflexe du vertex puis braidisme à l'aide du doigt. C'est tout. « La suggestion vocale peut être employée pendant toute la durée des recherches pour aider au résultat. » (1) (1) Docteur G. Bonnet. — Traité pratique d'Hypnotisme et de Suggestion thérapeutiques. L'auteur développe ensuite la suggestibilité des sujets par une progression d'influences portant sur le mouvement pertubations motrices. Pour induire dans un état hypnotique les personnes réfractaires à l'influence, il recommande de renouveler souvent les tentatives d'hypnotisation. (Pour plus de détails, voir la deuxième partie de mon Cours complet d'Hypnotisme Pratique, page 128 et suivantes.)

Hypnose par impression continue sur l'odorat.

Une impression prolongée sur le sens de l'odorat a pour effet d'induire quelques sujets en hypnose, lorsque ces sujets concentrent leur attention uniquement sur l'impression olfactive. L'efficacité de cette méthode est augmentée si l'on joint quelques suggestions de sommeil. Faites asseoir la personne, et dites-lui d'une voix douce et monotone : Fermez les yeux..... pensez au sommeil.....respirez ce parfum longuement, vous dormirez d'un sommeil profond..... En donnant cette dernière suggestion, tournez la capsule métallique de la boule hypnotique Fournier dans laquelle vous aurez préalablement mis un peu de musc, de benzine, ou toute autre substance odorante, et approchez la boule près des narines du sujet (Fig. io5). Cette méthode sera plus efficace encore si l'on suggère à la personne qu'elle sent du chloroforme. Le sujet très suggestible s'endormira de suite profondément, aussi profondément que s'il respirait réellement le chloroforme. Méthode infaillible du docteur Liébengen reprise en France par le docteur Charpentier, et en Amérique par le docteur Hawley. L'assoupissement produit par le chloroforme peut être changé en hypnose au moyen des passes et de la suggestion. La boule hypnotique Fournier rend très pratique l'application de cette méthode. Il y a deux façons d'employer l'anesthésique en vue de l'obtention de l'hypnose : 1° à l'insu du sujet; 2° en disant au sujet qu'il sent l'anesthésique. Dans le premier cas, faites asseoir la personne commodément, et dites-lui, d'une voix douce et monotone : Fermez les yeux et pensez au sommeil..... votre tète devient lourde..... la fatigue vous envahit..... respirez par la bouche lentement et profondément..... vous dormirez d'un profond sommeil. Tournez le chapeau métallique de la boule hypnotique Fournier dans laquelle vous aurez préalablement mis une petite quantité de chloroforme, et placez près de la bouche du sujet (Fig. 106). Les vapeurs se dégagent et provoquent l'assoupissement. Suggérez ensuite d'une voix de plus en plus basse et tranquille : Vous n'aurez aucun malaise.....dormez.....dormez..... Dans le deuxième cas, donnez également des suggestions de sommeil, mais dites au sujet qu'il va respirer le chloroforme. Ayant fait asseoir commodément la personne, suggérez d'une voix monotone : Fermez les yeux et pensez au sommeil..... respirez le chloroforme.....vous n'éprouvez aucun malaise.....dormez profondément.....dormez..... Dans les deux cas, les passes descendantes rendront plus profond encore l'état hypnotique obtenu.

Méthode Durville

M. Durville recommande tout d'abord un contact préalable pour obtenir le rapport entre le sujet et l'opérateur. Asseyez-vous en face de la personne, placez vos pieds à côté des siens, vos genoux contre ses genoux, vos mains sur ses mains, la face palmaire de vos pouces en contact avec la face palmaire des siens, et laissez tomber votre regard sur la région de l'estomac (comme l'indique la figure 79). Au bout de quelques minutes, le sujet très sensible sentira un engourdissement, ses paupières alourdiront, et une tendance au sommeil se manifestera. Avec un tel sujet, quelques passes à distance, de la tête à l'estomac (Fig. 107) suffiront ensuite pour produire le sommeil complet. Les sujets moins sensibles pourront être endormis si l'opérateur insiste plus longuement. A cet effet, le rapport étant bien établi, placez-vous à la droite de la personne. Appliquez votre main droite sur son front, votre main gauche sur sa nuque (Fig. 108) pendant 2 à 3 minutes. Passant ensuite derrière le sujet, placez la paume de vos mains sur ses oreilles, et le bout de vos doigts sur ses yeux fermés (Fig. 109). Revenant devant la personne, faites avec vos pouces une douce pression sur les globes oculaires (comme l'indique la figure 68). Puis insistez sur les passes descendantes de la tête à l'estomac et les impositions palmaires (Fig. 110) ou digitales (Fig 111). M. Durville ajoute que l'action purement magnétique peut être combinée avec l'action de douces insinuations suggestives. Sommeil naturel changé en sommeil hypnotique Les personnes qui parlent en dormant ou qui s'agitent beaucoup dans le sommeil sont aisément influencées par ce procédé. Approchez-vous avec précaution de la personne endormie et faites quelques passes lentes du sommet de la tête à l'estomac, assez près du corps mais sans le toucher. Après quelques minutes, et sans interrompre les passes, suggérez d'une voix très basse : Dormez... ne vous éveillez pas..... dormez profondément..... Parlez de préférence au creux de l'estomac. Insistez sur les passes et la suggestion, et lorsque vous voudrez vous rendre compte si l'hypnose est obtenue, levez doucement le bras du dormeur en disant : Votre bras se raidit.....il est raide..... Lâchez le bras. S'il se maintient dans la position donnée, le sommeil hypnotique est obtenu. Par des suggestions appropriées, vous amènerez la personne à répondre aux questions que vous lui poserez. La seule application de la main droite sur le front (soit avec contact, soit à une légère distance) suffit pour induire en hypnose un sensitif dormant du sommeil naturel. Si le sujet est sensitif à un haut degré,, l'hypnose sera obtenue par la seule approche d'un corps chaud à quelques centimètres du front. La méthode artificielle d'assoupissement du docteur Liébengen peut s'employer avec avantage sur les personnes moins sensibles.

Méthode du docteur Paul Farez

Pour changer le sommeil naturel en sommeil hypnotique, le docteur Paul Farez recommande de s'approcher sans bruit de la personne endormie, et de prononcer d'une voix à peine perceptible les deux syllabes dor... mez, en suivant le rythme de la respiration du dormeur. Chaque syllabe dor... doit être énoncée pendant chaque inspiration, chaque syllabe mez... pendant chaque expiration. En s'approchant de plus en plus près du sujet, l'opérateur haussera la voix, puis maintiendra l'intensité uniforme et constante. L'état hypnotique sera obtenu lorsque le rythme respiratoire du dormeur sera accéléré ou retardé, suivant que le rythme vocal de l'opérateur sera lui-même pressé ou ralenti.

Méthode du docteur Flower

Faites asseoir le sujet commodément, faites-lui fermer les yeux, et dites-lui qu'il pense au sommeil. Prévenez-le que vous allez compter, et qu'à chaque nombre énoncé il devra relever les paupières pour les abaisser immédiatement. Comptez ensuite lentement, et d'une voix monotone : un.....deux..... trois, etc. Arrivé à un certain nombre, la personne sera souvent incapable d'ouvrir les yeux (Fig. 112). On constate des mouvements de sourcils, mais les paupières sont closes et ne peuvent s'élever. Continuez de compter, puis quand vous jugerez l'assoupissement assez profond, employez les passes descendantes pour rendre le sommeil aussi profond que possible (comme l'indique la figure 63).

Diverses méthodes d'hypnotisation

Tous les bons sensitifs seront immédiatement endormis par l'application d'un aimant assez puissant (voir page 33). Un grand nombre de personnes très suggestibles seront induites dans le sommeil hypnotique par la seule suggestion verbale. Les sujets qui ont été déjà hypnotisés donnent les meilleurs résultats. Il suffit de dire : Dormez profondément... vous dormez pour que l'hypnose se produise chez les plus sensibles. Le même but est atteint sans qu'il soit nécessaire de voir l'opérateur. L'hypnotisation à distance par téléphone ou par phonographe est donc possible. Au lieu d'être verbale, la suggestion peut être transmise par l'écriture. Des sujets seront endormis par lettre ou par télégramme. Il faudrait un volume si l'on voulait essayer de détailler toutes les formes d'application de la suggestion en vue de l'obtention de l'hypnose. Il est possible de lier l'idée de l'attente du sommeil avec l'accomplissement de n'importe quelle action à exécuter soit par l'opérateur, soit par une personne de l'assistance, soit par le sujet lui-même. Vous pouvez donc varier à l'infini les expériences d'hypnotisation par la seule suggestion.

Hypnotisation à distance

Des sujets exceptionnels seront même endormis à distance par la seule pensée de l'opérateur (suggestion mentale). Pour cet essai, fixez votre choix sur le plus sensible de vos sujets. Lorsque vous voudrez l'endormir à distance, concentrez votre attention sur cette pensée : Dormez..... je suis auprès de vous..... dormez..... Voyez la personne en imagination, en voulant de toutes vos forces qu'elle vous obéisse et s'endorme. Figurez-vous par la pensée, être auprès d'elle, figurez-vous faire des passes sur elle. Pour augmenter encore l'efficacité de l'action a distance, il faut concentrer en même temps le regard sur une boule de cristal assez volumineuse, en faisant un effort suprême d'imagination, comme si l'on voulait y voir l'image du sujet. Les opérateurs qui s'entraîneront à l'automatisme visuel dont il est question plus loin (voir le chapitre Vision dans le Cristal) remarqueront souvent en effet que l'image de la personne se forme dans le globe.

Méthode infaillible du docteur Esdaile

Ce procédé exige le concours de plusieurs opérateurs. Après avoir magnétisé le sujet pendant un quart d'heure (voir la méthode de Deleuze), faites-vous remplacer par un autre opérateur qui le magnétisera pendant le même laps de temps. Alternez ainsi jusqu'à l'obtention du sommeil profond. Le docteur J. Esdaile, médecin en chef de l'hôpital mesmérique de Calcutta, se servait de cette méthode en vue d'obtenir l'insensibilité complète pour procéder à des opérations chirurgicales. De l'Eveil Lorsque vous voudrez faire cesser le sommeil, suggérez : Je vais vous éveiller.....vous vous trouverez tout à fait bien..... vous vous éveillerez facilement..... Laissez écouler quelques instants, puis insistez sur la suggestion : Eveillez-vous..... bien, éveillez- vous..... Faites en même temps des passes en remontant, partant des poignets, frôlant légèrement les bras, effleurant les épaules et passant à une petite distance de chaque côté de la tête (Fig. i i3). En insistant sur ces passes et suggestions, la personne s'éveillera sans aucune fatigue' dans la majorité des cas. Si le sujet ne s'éveille pas par ce moyen, soufflez froid sur les yeux ou sur le front, ou bien éventez le visage tout en continuant les suggestions : Eveillez-vous.....bien, èveillez-vous..... Généralement la personne s'éveillera. Dans le cas contraire, ne vous troublez pas, car l'éveil se produira toujours naturellement, au bout d'un laps de temps plus ou moins long. Si vous tenez à faire cesser le sommeil le plus tôt possible, demandez au sujet de vous dire ce qu'il convient de faire pour qu'il s'éveille. Faites alors ce qu'il vous dira, et il s'éveillera immédiatement. Si le sujet ne répond pas à votre demande, dites-lui d'un ton positif: Maintenant il faut vous éveiller..... ne tardez pas davantage.....votre sommeil est ridicule. me promettez-vous de vous éveiller lorsque j'aurai compte jusqu'à cinq? Insistez pour avoir une réponse et la promesse qu'il s'éveillera. Persévérez jusqu'à ce qu'il vous en donne l'assurance, et comptez lentement : un..... deux..... trois..... quatre..... cinq ! Frappez vos mains l'une contre l'autre, suggérant d'un ton très positif : Eveillez-vous.....vous êtes très bien..... èveillez-vous..... (voir la figure 22). Faites des passes en remontant (voir la figure 113), soufflez froid sur les yeux ou sur le front et continuez les suggestions jusqu'à ce que le sujet s'éveille. Dans des cas très rares, il a fallu frapper des semelles de souliers avec des livres, promener le sujet, avoir recours à des aspersions d'eau froide sur le visage, plonger dans l'eau les mains de la personne endormie, ou faire beaucoup de bruit autour d'elle pour obtenir l'éveil immédiat. Ces cas ne se présenteront jamais si l'on prend la précaution de développer la suggestibilité du sujet par des expériences à l'état de veille et si l'on écarte l'emploi de procédés d'hypnotisation trop violents (surprise brusque, lumière aveuglante, etc.). Pour être complet, j'ajouterai qu'en appelant brusquement la personne endormie par son nom, on obtient immédiatement le réveil dans la majorité des cas.



Back to Index




We invite you to visit our download site www.hypnotisme.com/hypnotisme/